14.4 C
Toulouse
dimanche 2 octobre 2022
spot_img

Dernières news

Le golf – Retour aux sources.

Voici quelques notes qui sommeillaient au grenier.

Interprété en s’inspirant de documents dont scottishgolfhistory, Société Française d’Etudes Écossaises, Wikipédia, etc.

Le golf, mais qui l’a inventé?

La légende raconte qu’il y a fort longtemps, un vieil Écossais se promenait dans la lande en frappant le sol d’un stick taillé dans une jeune branche bien droite de coudrier, cet ancêtre du noisetier. Par mégarde, il frappa un œuf dans un nid de Haggis et envoya celui-ci valdinguer dans un trou de lapin. Il venait d’inventer le Golf.

Mais me direz-vous, la Haggis des champs, ce mammifère pond des œufs? Oui, et ce n’est pas sa seule particularité car il en existe deux races, la clockwise et l’ anticlockwise, on peut les repérer facilement car l’une a les pattes de droite plus longues que celles de gauche, bien sûr pour l’autre c’est l’inverse. La nature est géniale, ça leur permet de mieux se déplacer en tournant autour des collines.

Bon, revenons au Golf, car cette légende, je dois l’avouer, ne fait pas l’unanimité. Aussi au fil des lignes, nous explorerons les différentes solutions qui s’offrent à nous, en espérant avoir trouvé un moyen de vous faire patienter, sans vous ronger les ongles, en attendant l’ouverture du British Open des femmes.

Explorons plus avant la piste Écossaise:

Là, il ne s’agit plus de on-dit! Mais bien de documents qui attestent de la pratique du Golf en Ecosse dès le XVᵉ siècle.

Le 6 mars 1457, le Parlement Écossais bannissait par décret le Golf et le Football, des amusements inutiles qui mettaient en péril la Nation, car des Écossais s’adonnaient à ces jeux pendant le temps où ils étaient supposés s’entraîner militairement. Le Parlement réitérera ses interdictions en 1471 et 1491.

Act of Parliament of Scotland, 6 March 1457.
By courtesy of the National Archives of Scotland

L’interdiction sera levée en 1502 et des écrits font état d’achat de clubs par le Roi James IV cette même année. Un XVIᵉ siècle qui débutait sous les meilleurs auspices pour le Golf et qui vit, comme l’attestent les documents officiels, la fondation d’un des plus anciens parcours de golf existant au Monde, le Musselburgh Old Links, en 1672 sur un emplacement où l’histoire populaire dit que Mary (Stuart) Reine d’Ecosse (mais aussi de France durant quelques mois) y aurait joué dès 1567.

Musselburgh Golf Club de nos jours

Il semble bien que ces diables d’Écossais puissent légitimement se targuer d’avoir inventé le Jeu de Golf, comme ce sera le cas plus tard pour le Téléphone, la TV ou bien encore la Comptabilité, comme me le rappelait P. Fifty One un ami de là-bas.

Mais alors! Que faire des voix qui s’élèvent pour en revendiquer la paternité?

1- Les Romains:

Où plutôt leurs descendants, qui pensent que le Golf ne serait qu’un dérivé du Paganica, un jeu qui consistait à envoyer à l’aide d’une canne incurvée une balle de cuir remplie de plumes dans un trou en moins de coups possibles, pratique qui aurait été introduite par les troupes lors des 142 années d’occupation romaine de la Caledonia (71-211).

2- Les Hollandais:

D’après eux, le Golf ne serait autre que le Kolven ou Kolf (la similitude des mots est troublante) un jeu pratiqué il y a bien longtemps par les Saxons et Frisons et introduit par les marchands qui commerçaient avec la côte est de notre chère Ecosse. Oui mais pour ce que l’on en sait, le Kolven se pratiquait principalement sur un enclos de dimensions réduites entouré de murs, avec un bâton plus long et lourd qu’un club de golf, utilisé pour frapper une balle bien plus grosse qu’une balle de golf, qui pouvait rebondir sur les murs et n’avait pas vocation à terminer dans un trou.

3- Les Flamands:

Chez eux comme dans le nord de la France, on parlait de jeux de Chole ou de Crosse, une activité ludique qui se pratiquait dès le XIVᵉ siècle à travers champs.

4- France et Italie:

Le Jeu de Mail, dont on trouve des écrits dès 1416, même si la canne utilisée pour frapper une balle en buis ou pour les plus riches en néflier, ressemble plus à un maillet qu’à un club de golf, il n’en demeure pas moins que le geste était très proche du swing. La coopération Franco-Écossaise durant la guerre de 100 ans rend plausible cette filiation. Par contre la théorie d’une paternité anglaise du Golf par l’introduction du Mail en Angleterre, sous le nom de Pall Mall, est à écarter puisqu’elle ne date que du XVIIe siècle.

5- Et l’Asie:

Le Chui Wan, appelé autrefois Bu Da (marcher et frapper) était pratiqué il y a plus de mille ans, comme l’attestent poèmes et tableaux. Ce jeu consistait à frapper une balle pour qu’elle atteigne un trou dans le sol.

En conclusion:

Si nous pouvons affirmer que GOLF n’est pas l’acronyme de Gentlemen Only Ladies Forbidden, pour le reste il semble évident qu’il trouve naissance en Ecosse au confluent de tous les jeux de balle, importés ou rapportés sur une terre où les hommes ont su en faire une synthèse, établir des codes, définir le matériel et élaborer les premiers parcours qui seront principalement des links, dressés sur ces bandes côtières faites de sable et de zones herbeuses entre mer et espaces cultivables.

Aussi survolons cette phase de construction qui s’étendit sur plus de deux siècles et efforçons nous d’établir la liste des lieux et joueurs qui l’ont marquée.

  • 1502, Perth, James IV

James IV qui avait hérité du trône à l’âge de 15 ans, était un homme aux compétences multiples, il avait unifié son pays à la pointe de son épée, chirurgien dentiste à ses heures, il avait introduit l’enseignement obligatoire pour les enfants des grands propriétaires terriens et fondé en 1504 le Collège Royal de Chirurgie de Edinburgh. Suite au traité signé avec Henri VII, il sentait les menaces de guerre avec l’Angleterre s’éloigner et visionnaire, il avait réalisé que l’artillerie allait remplacer l’archerie ce qui expliquait en partie la levée de l’interdiction décidée en 1502.

S’il est probable que le Roi résidait au Falkland Palace de Fife et qu’il jouait au Golf autour de Perth en des lieux aujourd’hui oubliés, il semble qu’il aurait aussi joué près du Château de Stirling et au alentour de St. Andrews.

Falkland Palace de Fife
  • 1527, Barry Links, Sir Robert Maule

C’est en 1527 que la pratique du Golf est mentionnée à Barry, près de ce qui deviendra, au XVIIIe siècle, la ville de Carnoustie. Sir Robert Maule, un propriétaire foncier local, serait ainsi le premier roturier à pratiquer le Golf sur la tête duquel on puisse mettre un nom. Cerise sur le gâteau, c’était aussi la première fois qu’il était référencé la pratique du jeu de Golf sur links. Si on ne sait pas précisément où Maule et ses amis s’adonnaient à leur sport favori, on retiendra que le Carnoustie Golf Club qui vit le jour beaucoup plus tard en 1839, n’en est pas moins un des plus vieux Club du Monde. Un parcours où un de nos représentants y rédigea sa propre page d’immortalité il y a quelques années.

Une aventure où la remarque de Frank Christian, à propos de Billy Joe Patton en 1954 aux Masters, pourrait être appliquée: « Winning would have placed him in high company, in losing, He gained his own piece of immortality.
  • 1552, St. Andrews, première mention

On notera cette année là, les premières traces enregistrées du jeu de Golf à St. Andrews, elles laissent entendre que cette activité était pratiquée à cet endroit depuis de nombreuses années. L’année suivante, John Hamilton, l’Archevêque de St. Andrews émettra un décret donnant droit à ses ouailles de pratiquer le Golf sur les links environnants.

Vue aérienne des links de St. Andrews.
  • 1567, Musselburgh, Mary Queen of Scots 


Il est dit que Mary Stuart, reine d’Écosse, (1542-1587), joua au golf à Musselburgh, qui se trouvait à quelques kilomètres de sa demeure de Seton, en 1567, quelques jours seulement après le meurtre de son mari, Lord Darnley. Cette affirmation découle d’une accusation que le Comte de Moray porta devant les Commissaires de Westminster en 1568 et qui tendait à prouver qu’elle était complice de cet assassinat. Il est possible que ceci ne soit qu’un mythe ou comme le précise Roger McStravick dans son ouvrage « A History of Golf » parut en 2017, qu’elle ait été victime de ce fléau auquel nous avons à faire face aujourd’hui, les « Fake News ».

Mary Queen of Scots playing golf in front of a crowd. National Library of Scotland

Reine d’Ecosse, mais elle fût aussi Reine de France, d’une France d’où elle serait revenue avec le goût des jeux de Mail et de Golf, faisant d’elle la première femme connue à s’adonner à ces pratiques.

Simplement quelques mots de plus sur Mary: Petite fille de James IV, cité plus haut, elle est née le 8 décembre 1542 de l’union de James V d’Ecosse et de Marie de Guise. Elle sera Reine d’Ecosse à l’âge de 6 jours suite au décès de son père. Cependant elle vivra son enfance en France, le Royaume d’Ecosse étant dirigé par des régents, James Hamilton Comte d’Arran d’abord, puis à partir de 1554, sa propre mère, Marie de Guise.

On la mariera très tôt au Roi de France, François II, une union qui ne durera que quelques mois, du 10 juillet 1559 au 5 décembre 1560, car le Roi succombera aux complications liées aux suites d’un abcès temporal.

En 1561, Marie rentrera en Ecosse, c’est un Anglais Henry Stuart, Lord Darnley, de sang royal qui deviendra son 2nd mari. Elle aura à faire face à une période difficile avec une situation politique dangereuse et complexe, car en tant que fervente catholique, elle était considérée avec suspicion par bon nombre de ses sujets, ainsi que par la reine d’Angleterre Elizabeth 1e et l’Écosse était déchirée entre les factions catholiques et protestantes.

Mais ceci mérite plus d’analyses que ce que nous pouvons offrir, aussi retournons à notre histoire du Golf.

Copy of Mary’s effigy, National Museum of Scotland. The original, by Cornelius Cure, is in Westminster Abbey.
  • Fin du XVIᵉ siècle, le retour des interdits

En dehors des links de bord de mer, les gens s’adonnaient au Golf dans les espaces publics, parcs ou cimetières. Ceci était considéré par les autorités régionales, commerciales et ecclésiastiques comme dangereux, contre-productif, voire nuisibles aux bonnes pratiques religieuses. Aussi en cette fin de siècle on verra fleurir les interdits, comme à Glasgow en 1589, ce qui nous permet d’avoir une information écrite sur l’avancée du Golf vers la côte ouest, ou à Leith en front de mer d’Edinburgh où la pratique sera bannie le dimanche pendant les offices religieux.


John Henrie and Pat Rogie discovered playing golf on a hill in Leith, by an outraged man and woman in puritan dress at right; after J. C. Dollman. 1896

1608, Royal Blackheath, le Golf émigre

A la fin du XVIᵉ siècle, lorsqu’il devint évident que Elizabeth I d’Angleterre ne se marierait jamais, James VI d’Ecosse, le fils de Mary Stuart, fut reconnu comme héritier du trône d’Angleterre et à la mort d’Elizabeth en 1603, il s’installa à Londres avec sa cour écossaise, au Palais Royal de Greenwich, en tant que James 1er d’Angleterre. L’entourage du Roi était composé de nombreux pratiquants du Golf qui repérèrent très vite au dessus du palais, ces hauteurs de Blackheath, idéales pour assouvir leur passion.

Bien qu’il semble que le golf ait été pratiqué à cet endroit bien avant, aucune preuve n’en sera retenue et le Blackheath, qui sera élevé au rang de Royal beaucoup plus tard en 1906, sera fondé en 1608 et s’inscrira dans les annales comme une création écossaise dans une Angleterre encore inculte de ce merveilleux passe-temps.

10 ans plus tard, le Roi lèvera l’interdiction faite à son peuple, par les instances de tous bords, de jouer au Golf le dimanche.

1616, le Golf s’installe au Nord

Là encore la rumeur fait état d’une pratique plus ancienne sur cette terre où Celtes et Vikings ont mélangé leurs cultures et leurs sangs depuis fort longtemps. Mais c’est bien en 1616, ou en 1621 selon les sources, que l’on dispose de documents qui mentionnent l’activité Golf au nord de l’Ecosse, à Dornoch, cet ancien Burgh Royal et ancienne Capitale du Comté de Sutherland dans les Highlands.

Puis il faudra attendre 1877 pour que des citoyens du Royal Burgh de Dornoch se réunissent et forment le Dornoch Golf Club, grâce à l’initiative de M. Alexander McHardy, un Officier de police originaire de l’Aberdeenshire et du Dr Hugh Gunn, un natif de Dornoch qui avait fait ses études à St. Andrews.

PIC Trevor Martin

1642 – Glasgow Green ou la migration vers l’ouest, de l’Ecosse

Cette année là, les Universités de Glasgow et de St. Andrews vont officiellement encourager les sports tels que le tir à l’arc, le football et le Golf. Par manque d’espaces aménagés, les joueurs vont se retrouver dans le Glasgow Green, ce parc d’une soixantaine d’hectares qui date du XVᵉ siècle, situé à l’est de la ville, sur la rive nord de la rivière Clyde, entre de nos jours Green Street et Saltmarket Street.

En 1721, James Arbruckle, un étudiant de l’Université de Glasgow écrira un poème sur la rivière Clyde, au sein duquel 22 lignes sont dédiées au Golf. Des lignes qui sonnent toujours comme un hymne à la gloire de ce sport qui rend fou.

In Winter too, when hoary Frosts o’erspread,
The verdant Turf, and naked lay the Mead,
*The vigrous Youth commence their sportive War, [*The Game of Golf]
And arm’d with Lead, their jointed Clubs prepare;
The Timber Curve to Leathern Orbs apply,
Compact, Elastic, to pervade the Sky:
These to the distant Hole direct they drive;
They claim the Stakes who thither first arrive.
Intent his Ball the eager Gamester eyes,
His Muscles strains, and various Postures tries,
Th’impelling Blow to strike with greater Force,
And shape the motive Orb’s projectile Course.
If with due Strength the weighty Engine fall,
Discharg’d obliquely, and impinge the Ball,
It winding mounts aloft, and sings in Air;
And wond’ring Crowds the Gamester’s Skill declate.
But when some luckless wayward Stroke descends,
Whose Force the Ball in running quickly spends,
The Foes triumph, the Club is curs’d in vain;
Spectators scoff, and ev’n Allies complain.
Thus still Success is follow’d with Applause;
But ah! how few espouse a vanquish’d Cause!

A la conquête du Monde

Cette période que je qualifierais de moderne va nous conduire de l’établissement des codes à la conquête du Monde.

1744 – The Honourable Company of Edinburgh Golfers

A l’origine « Gentlemen Golfer of Leith », établi depuis fort longtemps sur un links de 5 trous en bord de mer au pied d’Edinburgh. Mais cette année là, ils vont tenter de mettre un peu d’ordre dans un jeu où chacun faisait sa soupe comme il l’entendait. Pour ce faire, ils établiront des règles écrites en 13 points. Pendant près d’un siècle les joueurs se contenteront de ce 5 trous, mais ils deviendront si nombreux qu’en 1836 ils s’installeront à Musselburgh sur le Old Course de 9 trous. Musselburgh qui devant l’affluence de nouveaux membres avait dès 1795 réclamé le titre de « The Honourable Company of Edinburgh Golfers » qui lui sera accordé en 1800. Des Edinburgh Golfers qui migreront ensuite vers Muirfield.

1754 – The Society of St Andrews Golfers, les codes

Le Club de Golf de St. Andrews fut créé en 1754 sous le nom de « Society of St Andrews Golfers« , la même année il édictait un premier recueil officiel des règles de Golf. Si elles s’appuyaient sur les 13 points définis par les golfeurs de Leith 10 ans plus tôt, elles étaient beaucoup plus détaillées et s’efforçaient d’encadrer toutes les situations de jeu connues. C’est dans cet esprit qu’elles continueront à évoluer et au fil des ans on verra s’ajouter la reconnaissance de nouvelles formes de jeu comme le strokeplay en 1759 ou des précisions concernant la gestion de situations telles que balle pluggée, terrain en réparation, temps imparti à la recherche d’une balle perdue, obstacles d’eau, etc.. toutes choses nécessaires pour tenir compte de l’évolution des parcours, la diversification des paysages liée à l’avancée du Golf sur tous les Continents ou bien encore l’évolution du matériel et des techniques d’entretien des parcours.

De temps en temps, il sera procédé à un dépoussiérage en profondeur, depuis la création des règles en 1754, nous en comptons 5: En 1899, 1934, 1952, 1984 et 2019.

1786 – Les Clubs de Golf essaiment autour du monde

Jusqu’alors avec la présence britannique un peu partout dans le monde, on avait bien entendu parlé de pratique du Golf par-ci par-là, comme par exemple à Fort Orange, qui deviendra Albany dans l’Etat de New York où en 1659 interdiction fut faite de jouer au Golf dans les rues en raison des dégâts causés aux fenêtres, ou bien encore sur l’île de Bunce en Sierra Leone (anciennement Bence, du nom de John Bence, un riche marchand londonien) en 1770 où les acteurs peu glorieux des trafics d’esclaves, s’y exerçaient, jusqu’à ce que le trafic transatlantique soit rendu illégal par le Parlement Britannique.

Avec la standardisation des codes, le Golf va susciter un attrait croissant et les Clubs vont fleurir et envahir la terre entière, on notera, sans toutefois prétendre à une chronologie exact, car en de nombreux Pays, ils sont parfois plusieurs à en revendiquer la primeur:

1786 – USA – Le South Carolina Golf Club Harleston Green course de Charleston,

1829 – Inde – Le Royal Calcutta,

1844 – Île Maurice – Le Mauricius Gymkhana Club à Vacoas,

1852 – Irlande – The Royal Curragh Golf Club à Kildare,

1856 – France – Pau, le premiers parcours d’Europe continentale,

1870 – Australie – Royal Adelaïde,

1871 – Nouvelle-Zélande – Dunedin Golf Course,

1874 – Canada – Royal Quebec Golf Club à Boischatel,

1885 – Afrique du Sud – Royal Cape Golf Club,

1888 – Pays de Galles – Tenby Golf Club,

1903 – Japon – Kobe Golf Club.

Derniers articles

Publicitéspot_img

ACTUS CIRCUITS