14.4 C
Toulouse
lundi 28 novembre 2022
spot_img

Dernières news

Un moment d’émotion avec Jenny Lee-Smith.

Aux Etats Unis, novembre est le mois de la sensibilisation à l’adoption, depuis 2000 sous l’impulsion de The Alliance for Children’s Rights, Children’s Action Network, Freddie Mac Foundation et Dave Thomas Foundation for Adoption, une journée lui est même spécifiquement consacrée, elle est fixée au samedi précédent le Thanksgiving Day (Il existe aussi depuis 2014 une journée mondiale qui elle est fixée au 9 novembre et qui est pour l’instant suivie par une petite trentaine de Pays).

A l’occasion de ce mois, Steve Eubanks du New York Times et rédacteur en chef de la LPGA a publié sur DRIVE ON le parcours de Jenny Lee-Smith.

Mon intention n’est pas de reproduire ici l’intégralité de sa prose, mais plutôt de vous retracer en français quelques points marquants de l’histoire de Jenny afin de vous inciter à parcourir l’article original en anglais.

En bref:

Jennifer Constance est née en décembre 1948 et a grandi à Newcastle upon Tyne (tout simplement Newcastle) dans le nord-est de l’Angleterre.

Très tôt, comme beaucoup d’enfants de son pays, elle s’adonna à la pratique du golf et participera à quelques compétitions locales, voire régionales. Mais c’est seulement devenue adulte qu’on la retrouve dans des rencontres internationales, elle sera membre de l’équipe britannique de Curtis Cup en 1974 et 76, de l’équipe d’Angleterre aux Championnats d’Europe 1975 et de l’équipe de Grande Bretagne et d’Irlande lors de l’Espirito Santo Trophy 1976.

Jenny Lee-Smith, 1976 Ladies’ British Open.

1976, où encore amateur, elle remportera le tournoi inaugural du Ladies’ British Open (devenu le Women’s British Open) et sera élue DASKS Golfeuse de l’année (du nom de la Maison de Haute Couture londonienne, aujourd’hui propriété du Groupe Japonais Sankyo Seiko Co. Limited).

En approchant la trentaine, elle passera professionnelle et se qualifiera pour le LPGA Tour, puis rejoindra en 1979 le Ladies European Tour (créé en 1978) où elle terminera l’année 8ème de la Money List, puis 3ème en 1980 et enfin N°1 en 1981 et 1982.

C’est beaucoup plus tard, en recherchant sa mère biologique, qu’elle découvrira qu’elle avait une soeur jumelle.

Ensembles, elles ont co-signé le livre « My Secret Sister« .

Lire l’article de Steve Eubanks sur DRIVE ON >>>

Derniers articles

Publicitéspot_img

ACTUS CIRCUITS