14.4 C
Toulouse
jeudi 26 mai 2022
spot_img

Dernières news

24-27 mars – LPGA Tour – JTBC Classic presented by Barbasol

Aviara Golf Club, Carlsbad, Californie

23 mars: La tenante du titre est Inbee Park qui sera bien demain matin au départ du #10 pour défendre son titre.

144 joueuses au départ d’une épreuve où il manque quelques figures de haut de tableau, probablement en train de fourbir leurs armes pour le premier Majeur de la saison de la semaine prochaine.

49 candidates s’étaient alignées dans les qualifications locales du lundi d’où sont sorties, l’Américaine de l’Ohio et ancienne Bulldog de Georgia (3 années, 2015 à 2018) Jillian Hollis et la Thaïlandaise, native de Roi Et, Pannarat Thanapolboonyaras.

Chez les Françaises, nous allons retrouver: Perrine Delacour, Agathe Laisné et Pauline Roussin-Bouchard.

Leaderboard >>>

27 mars: Elle n’a pas fini de nous éblouir, Atthaya Thitikul, la reine du LET 2021, fraîchement débarquée sur le LPGA Tour, traduit bien l’ambiance qui règne à l’école thaïlandaise en signant un dernier 64 pour rejoindre Nanna Koerstz Madsen, lui proposer un duel en playoff et l’estourbir dès le deuxième trou. Na Rin An termine seule troisième; Maude-Aimee LeBlanc, Jin Young Ko et Pajaree Anannarukarn partagent la quatrième place.

26 mars: Ni Hye-Jin Choi, ni Lydia Ko ne seront en mesure de l’inquiéter et c’est Na Rin An qui viendra la rejoindre à mi-parcours avant d’assister impuissante à son retour sans faute qui va lui laisser 3 coups d’avance au terme de la journée. Derrière la Danoise (-14) et la Coréenne (-11), un trio composé de Maude-Aimee LeBlanc, Jin Young Ko et Pajaree Anannarukarn rôdent à -10 et c’est à cette dernière que reviendra demain la charge de partager la dernière partie. De belles joutes en perspective.

25 mars: Jin Young Ko n’ajoutera pas un nouveau tour dans les 60 à son impressionnante série de 16, elle rend tout de même une carte sous le Par pour rester au contact en T4 à 3 coups de la leader, en compagnie de Maude-Aimee LeBlanc et de la rookie Na Rin An (vainqueur des dernières Q-Series).

Les commandes, c’est Nanna Koerstz Madsen qui s’en est saisie, avec une assurance qui tend à montrer que sa récente victoire en Thaïlande l’a faite changer de niveau mental. La Danoise attaquera donc le week-end demain dans une partie partagée avec ses deux dauphines provisoires, Lydia Ko et Hye-Jin Choi (une autre rookie issue des Q-Series).

Point de salut pour Agathe victime d’un départ calamiteux; journée compliquée aussi pour Pauline et Perrine; toutes trois, victimes du Cut, gisent sur le pré en compagnie de 59 compagnes d’infortune (Meil Red avait abandonné).

24 mars: Jin Young Ko produit un sans faute (-7) dans une partie débutée au #10 où Jessica Korda connaîtra quelques soucis à mi-parcours et la tenante du titre mettra 11 trous pour se réveiller. C’est la 16ème carte consécutive dans les 60 pour la N°1 du Rolex Ranking.

Nanna Koerstz Madsen, la récente vainqueur en Thaïlande, est seule deuxième (-5). Chez les Françaises, Agathe pointe en T27 (-2) en compagnie de 14 consœurs dont les deux qualifiées de lundi. Si Pauline et Perrine flirtent avec la ligne de cut (Par et +1 respectivement), rien n’est vraiment figé et la deuxième journée va être cruciale tellement les écarts sont faibles.

A propos du tournoi:

Créé en 2010 sous le nom de Kia Classic avec le constructeur automobile coréen comme sponsor principal, il est resté dans son giron jusqu’à cette année où il bascule chez JTBC (Joongang Tongyang Broadcasting Company) la chaîne nationale de télévision à péage coréenne.

Du parcours:

Le parcours est l’oeuvre d’Arnold Palmer, il est inséré dans un écrin de quelques 70 hectares réparti sur 3 vallées. Ouvert en 1991, sa construction aura duré une dizaine d’années en raison de contraintes drastiques environnementales. Pendant la construction, la végétation indigène a été préservée, permettant à la flore sauvage de continuer à pousser jusqu’au bord des greens et fairways. L’ensemble utilise 95% d’eau recyclée pour les besoins d’irrigation.

Le Club house est d’inspiration coloniale espagnole.

Et de Carlsbad

Au début, cette région, comprise entre ce que sont aujourd’hui les villes de Los Angeles et San Diego, était peuplée d’Amérindiens appelés Luiseño, ou Juaneño, selon la Mission qui les décrivait (San Luis Rey de Francia ou San Juan Capistrano), mais dont les ethnographes modernes s’accordent pour dire qu’il s’agit d’un seul groupe ethnique. Leurs premières rencontres connues avec les Européens datent du XVIIIe siècle lorsque Charles III d’Espagne encourage le développement des Missions espagnoles en Californie pour contrecarrer l’expansion russe depuis l’Alaska. Premières rencontres qui vont se produire en 1769-70 avec les membres de l’expédition de Gaspar de Portolá qui campent sur Buena Vista Creek et à l’embouchure du San Marcos Creek, un ruisseau appelé alors « Ajopunquile ».

En 1842, pendant la période mexicaine, la partie est de ce qui deviendra Carlsbad fut concédée à Juan María Marrón sous le nom de Rancho Agua Hedionda.

Une bâtisse de Rancho Agua Hedionda

Quarante ans plus tard un ancien marin du nom de John Frazier creuse des puits où on découvre que l’eau est chimiquement proche de celles des meilleures stations d’hydrothérapie du Monde. Le fortune du site est faite et l’agglomération naissante va prendre le nom de Carlsbad en référence à Karlsbad, la station thermale de Bohème (devenue aujourd’hui Karlovy Vary en République Tchèque).

La statue de John Frazier à coté du bâtiment historique de la station thermale.

En 1952, Carlsbad s’est dotée d’une constitution pour échapper à une potentielle annexion par la ville voisine d’Oceanside.

Derniers articles

Publicitéspot_img

ACTUS CIRCUITS